Le jeu vidéo contamine-t-il le réel ?

Chronique de la Place de la toile du 14 septembre : « Daniel Schneidermann, autobiographie numérique »

Le jeu vidéo contamine-t-il le réel ? 

A l’origine de cette question, la récente campagne de la Croix-Rouge qui se présente sous la forme d’un coffret de jeu vidéo pour console : « License to heal » – permis de guérir / en référence évidente au « License to kill » de James Bond, permis de tuer, une licence qui s’applique aussi bien à un jeu comme GTA, dont le 5e opus sort bientôt… jeu dans lequel on incarne une sorte de mercenaire qui se balade librement dans une ville, accepte des missions, vole des voitures et roule à fond tout en écoutant la radio, sans se soucier de la santé des gentils passants…

La Croix-Rouge reprend donc l’esthétique et le vocabulaire de GTA, jeu le plus copié au monde… (cf. infographie dans le dernier numéro de Wired ci-dessous). A ce sujet, je retrouve un mail de Xavier me signalant la parution d’un livre : GTA IV, l’envers du rêve américain, par Olivier Mauco, chercheur en jeux vidéo et « consultant en dispositifs de gamification »…

Gamification, ou ludification en français, cela désigne l’idée que tout se transforme en jeu vidéo… les campagnes politiques, les campagnes d’information ou de prévention comme dans le cas de la Croix-Rouge donc, les campagnes de recrutement… dans l’entreprise pour impliquer les salarié(e)s, l’armée pour piloter les drones… Le jeu s’insinue partout, et ses codes brouillent les rapports sociaux et professionnels. D’une certaine façon, le like sur facebook en est déjà une preuve : cliquer pour aimer, c’est comme distribuer un point pour cette saillie, deux pour cette photo etc. Plus une info est partagée, plus elle émerge du flux… plus son auteur s’en trouve « valorisé ». Ce processus de valorisation individuelle fut d’ailleurs l’une des explications des amateurs de Reddit, pour expliquer que leur plateforme soit devenue le théâtre d’une chasse à l’homme (qui aura fait au moins une victime) après l’attentat du marathon de Boston…

Bon, mais est-ce bien neuf ? N’a-t-on pas toujours cherché du ludique en toutes choses ? N’est-ce pas le meilleur moyen de tout faire avaler ? Un peu de sucre pour faire passer l’amertume. La Croix-Rouge a réussi son coup de com’, sans doute touché un public plus jeune, quant à savoir si cela se traduira par une augmentation des effectifs de bénévoles… ou un plus grand savoir-faire face aux accidents de la vie…

Donc, la gamification est-elle autre chose qu’un concept marketing ? A lire Martin Lefebvre sur le blog merlanfrit.net, on aurait plutôt tendance à penser que non… ce n’est pas autre chose. Prenez « Stratagri », stratégies agricoles, un obscur jeu de société français qui date de 1988… Pierre Corbinais, en déterrant ce jeu obscur aux règles plus obscures encore, découvre qu’il s’agit en réalité d’une publicité déguisée pour le Crédit agricole, Groupama et Agriculture magazine  ! En 1988, déjà ! Quant, au futur de la gamification, il peut-être anticipé au travers des innovations actuelles, comme la lunette Google. Confère ce court-métrage, Sight, qui met en scène un individu doté d’une lentille connecté qui interface son regard sur les choses : lorsqu’il se saisit d’un concombre pour préparer son déjeuner, sa lentille y projette des coupes en pointillé… notre héros se saisit alors d’un couteau pour trancher le concombre sans s’écarter des pointillés… la précision de son geste lui vaut des points… mais voilà qu’il s’écarte des pointillés ! Raté ! Le concombre ne vaut plus rien, il l’envoie à la poubelle, s’en saisit d’un nouveau, le jeu reprend… Moralité : la ludification déréalise la matière, la rend plus que jamais jetable, puisqu’après tout, on peut toujours commencer une nouvelle partie…

Donc oui, le jeu vidéo contamine le réel, dans tous les sens du terme, la réalité se ludifie sans aucun doute.. mais ça ne date pas vraiment d’hier. Ce qui change c’est sans doute la capacité des techniques à tout transformer en interface, à projeter des barres de vie et des points d’expérience sur le vécu, en temps réel

Cette semaine le site Kotaku publiait un manifeste d’Eric Zimmerman, un célèbre concepteur de jeux vidéo, manifeste pour un 21e siècle ludique… Un appel à la participation active, à l’appréhension complexe du monde calqué sur le modèle transversal du jeu vidéo… Ouais bon… ce manifeste en faveur de la ludification est si peu mobilisant, sa vision est tellement lénifiante, qu’après cette lecture, je m’accorde aussitôt le permis de la tuer.

Publicités

3 Commentaires

  1. fred

    Perso j’adore l’idée de la croix rouge : LICENSE TO HEAL. une excellente initiative très bien amené avec la sortie du célèbre GTA V. Les premiers gestes qui sauvent devraient être appris dès le plus jeune âge. espérons que l’opération rencontre un franc succès.

  2. Pingback: "Le jeu vidéo contamine-t-il le r&e...
  3. Pingback: Le jeu vidéo contamine-t-il le ré...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s